Service Volontaire Européen : mon bilan

Après un an de service volontaire à l’étranger, j’avais envie de faire un bilan. J’ai déjà décrit mon expérience dans un précédent article. Je trouvais cela pertinent de rédiger un article après l’expérience car c’est quelque chose que j’ai toujours voulu lire avant de m’engager. J’espère ainsi que mon éclairage pourra peut-être aider certains. Je précise que mon témoignage est totalement lié à mon vécu et je conçois tout à fait que d’autres avis peuvent exister.

DSC_0066
Expérience d’un lac gelé en Laponie, à Abisko.

Un développement personnel indéniable

Après un an de volontariat en Suède, mon avis est mitigé sur mon expérience. Dans un premier temps ce que j’ai envie de dire à ceux qui partent empli d’envie de se lancer dans des projets associatifs à l’étranger c’est qu’ils doivent s’attendre à des hauts et des bas. Ce n’est pas que lié au SVE, comme dans toute expérience humaine nous passons par des phases différentes : de découvertes et d’éblouissement au début puis peu à peu de questionnement, de désillusion voire de déceptions. Loin de chez soi et de ses repères on se pose à un moment ou un autre la question « Pourquoi suis-je là ? ». Et puis on remonte une autre pente et on se ressent mieux. C’est tout à fait humain de connaître des hauts et des bas, et j’insiste là dessus : le SVE est une expérience humaine et comme chacune  il n’est pas qu’un rêve bleu rempli de positif. C’est donc et avant tout une aventure personnelle, qui, indéniablement rendra chaque personne plus riche (pas financièrement nous sommes d’accord). En sortant de sa zone de confort on ressort grandit. On se connaît mieux.

J’avais 23 ans en postulant à un SVE avec un bac + 5 en poche et des expériences professionnelles dans mes bagages. En entrant dans un SVE il faut s’attendre à ne plus toucher de salaire. Forcément : on parle de volontariat. Le SVE s’adressant à des jeunes européens de 18 à 29 ans, les candidats plus âgés vivront peut être plus difficile de s’habituer à cette « vie » sans salaire pendant 12 mois. C’est peut être banal de devoir redéfinir cette base du volontariat, mais elle est importante je pense. L’indemnité reçue chaque mois n’est pas haute. On vit bien mais pas à profusion, personnellement je ne l’ai pas mal vécu car je ne m’étalais pas dans des énormes dépenses. Ayant de l’argent de côté, j’ai pu voyager à droite à gauche sans soucis. Mais je tenais à le dire, car c’est une donnée à prendre en compte pour partir serein. Sans mes économies je n’aurai pas pu voyager autant, très clairement.

Le volontariat européen : une forme d’esclavagisme cachée ?

Mais il faut surtout savoir qu’il y a quelque chose que je ne comprends pas dans les SVE et c’est ce que je veux surtout soulever ici. Je rappelle ici l’objectif du Service Volontaire Européen qui est présenté comme permettant aux « jeunes de 17-30 ans, de découvrir une autre culture et d’acquérir des compétences utiles à leur insertion socio-professionnelle (apprentissage d’une langue étrangère, compétences techniques, sociales, citoyennes…). » Or, décrocher un SVE n’est pas aussi simple qu’on pourrait le penser pour du volontariat. Il faut être patient pour trouver un projet qui nous correspond et être sélectionné. En effet, il y a une sélection des organisations d’accueils pour chaque candidat, comme pour un emploi. On réalise qu’au final, le fait d’avoir un diplôme est peut être un critère de sélection pour être choisi, alors que l’objectif du SVE ne va pas dans ce sens. Et je ne suis pas la seule à avoir vécu cela, beaucoup de volontaires à qui j’ai parlé au cours de mon expérience et en dehors l’ont également expérimenté.

Le fait est clair : les tâches fournies par les associations sont plus ou moins inférieures au niveau des candidats sélectionnés et c’est quelque chose que j’ai pu partager avec d’autres SVE, des volontaires ayant un Master, Licence et des expériences professionnelles. Du café au ménage au remplacement en cas de manque d’effectifs, nous devenons surtout des secondes mains pour les associations/organismes que nous dépendons. Votre diplôme n’a plus grande valeur. Très grossièrement la question serait : À quoi bon sélectionner des candidats pour constituer une équipe de ménage ou de serveurs ? Je ne comprends pas. Les promesses de réaliser son propre projet associatif ou de réaliser des choses liées à vos compétences et plus inspirantes sont loin. Pourtant, un budget est alloué pour ce projet, même s’il  n’est pas exorbitant, votre arrivée au sein d’une organisation est toujours pourvue d’une somme validée par Erasmus+.

Pour ma part, j’ai pu réaliser mon projet personnel, mais non sans mal et avec quelques accroches lors de son achèvement. Il semble difficile pour certaines associations/organisation de voir qu’un SVE est une ressource avec un potentiel et que le mettre en avant et le soutenir est un vrai bénéfice plutôt que de le plier à réaliser uniquement des tâches de seconde main. Alors beaucoup vont me dire : mais c’est ça le volontariat, aider son prochain. Oui mais en général, le SVE est aussi là pour vous aider à développer des projets liés à vos aptitudes et inspirations.  Bien sur et j’insiste là dessus : cela dépend des organisations. Mais dans la plupart des cas et de ce que je vois, j’ai plus la sensation que ces organisations embauchent des SVE dans un but de seconde main. Pourquoi prendre des gens qualifiés et diplômés pour ce genre de tâches ? Je n’en ai aucune idée.

Un SVE pour les plus jeunes en quête de soi 

L’important est de bien cibler pourquoi on veut partir, de cerner ses objectifs. Mais surtout, il est important de choisir en fonction d’une association et une organisation qui vous plaît avec un projet qui vous plait. Ne choisissez pas qu’en fonction du pays, bien qu’il soit très important également. Pour ma part, dans mes moments de « baisse de moral », l’unique idée de me lever et de parler suédois suffisait à me faire garder le sourire.

Je ne regrette pas mon expérience, mais à mes yeux le SVE devrait être mieux régulé par les agences nationales de chaque pays, qui n’ont pas vraiment l’air d’agir en conséquence malgré l’appel à l’aide de certains volontaires. Professionnellement j’ai  pu tirer avantage de mon expérience à l’étranger, qui a été très valorisante sur mon CV. Partir à l’étranger, maîtriser plusieurs langues, s’immerger dans une culture d’un pays et y travailler sont des petites choses qui plaisent et qui prouvent votre capacité d’adaptation. Mon SVE m’a donc clairement aidé à rebondir par la suite et a été un vrai point positif dans mon CV, je ne peux donc pas le critiquer. Mais il faut se battre pour tirer profit de ce qu’on a. Cela ne tombe pas du ciel.

Sur le plan personnel, c’est une expérience riche, humaine, remplie de souvenirs, d’apprentissage et d’échange culturel qui m’ont totalement changé moi et ma vision de l’Europe (voire du monde et au delà des frontières) et de mon pays. Il est et restera une étape dans ma vie que je n’oublierai jamais. Je considère, qu’aujourd’hui, le SVE est davantage avantageux pour les jeunes au sortir du lycée, ou entre la Licence et le Master. C’est une expérience utile pour ceux qui se cherchent et se questionnent sur leur avenir. C’est une expérience riche qui leur permettra de se tester et se prouver des choses, de goûter à la vie professionnelle tout en découvrant un nouveau pays européen.

Publicités

Une réflexion sur “Service Volontaire Européen : mon bilan

  1. J’ai trouvé ton article très intéressant : je suis moi-même en service civique dans une organisation internationale et je pense aussi effectivement qu’avant de choisir l’endroit, il faut vraiment se retrouver dans la cause défendue. C’est ce qui motive à se lever le matin 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s